L’Eglise Saint-Nicolas de Charmes

L’Eglise paroissiale de Charmes a pour patron Saint-Nicolas dont le culte s’est développé en Lorraine dès le XII siècle.

L’édifice est entièrement flamboyant et d’une grande unité de style. Il fut achevé en 1493.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

Chaque travée est éclairée d’une fenêtre qui ouvre sur les collatéraux et d’une autre fenêtre correspondant aux premières et qui est percée dans la partie supérieure des hauts murs.
Naturellement, quand on construit les chapelles le long du collatéral sud. Les fenêtres basses de ce bas-côté furent supprimées.
Ces chapelles donnent d’ailleurs à l’édifice une note d’agréable pittoresque.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

Retour sur l’histoire de l’Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

Au XVème siècle, Charmes entre dans la tourmente qui oppose le duc René II de Lorraine à Charles-le-Téméraire, duc de Bourgogne, qui rêve d’annexer la Lorraine. Les 7-8-9 octobre 1475, Charmes fut alors le théâtre d’un désastre sans précédent ; sa ruine fut complète, l’église détruite. On peut mesurer la grandeur de la foi de ses habitants à cette époque puisque 18 ans plus tard, ‘église paroissiale était reconstruite, telle que nous pouvons la voir aujourd’hui, mise à part le clocher.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

En 1635, Charmes n’échappa pas aux misères de la guerre, à ses ravages, par les armées de Richelieu conduites par le colonel Gassion ; le 22 novembre 1635, elles incendièrent la ville, la pillèrent ; les remparts, les portes et les ponts furent détruits ; on égorgea dans l’église les femmes et les enfants qui s’y étaient réfugiés.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

Pendant la Révolution française, l’église de Charmes fut profanée par trois fois ; bas-reliefs martelés comme en témoigne l’effigie de Clément VII, ou le pilastre des génies Vénus et Vulcain.

En 1870, la guerre avec la Prusse fit revivre les horreurs du passé : exactions, massacre de plusieurs habitants et incendies de maisons par les Prussiens ; mais l’église ainsi que la Maison du Chaldron à proximité furent épargnées.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

En 1914, la ville fut préservée de l’envahisseur par la bataille de « la trouée de Charmes », brisant l’avance ennemie et qui permit la victoire de la Marne.

Vingt ans plus tard, l’Allemagne entrait en guerre contre la France et Charmes subit les 19 et 20 juin 1940 des événements tragiques. Le jeudi 20 juin allait placer la ville directement sous la mitraille : le bombardement par l’artillerie allemande dura une bonne partie de l’après-midi.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

Les projectiles allemand qui cherchaient la batterie française, route de Brantigny, causèrent des dommages dans le quartier de l’église : l’un d’entre eux, vers 16 heures, aspergea de ses éclats les grands vitraux de l’abside, creva la voûte du couloir qui conduit de la sacristie vers le trésor, blessa à l’épaule la statue du Sacré-Coeur, pendant que le souffle de l’explosion projetait vers la table de communion le grand crucifix de cuivre qui surmonte le tabernacle.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

Cependant, ce fut le 5 septembre 1944 que, à titre de représailles, les Allemands bombardèrent et incendièrent la ville. L’église, visée très spécialement, reçut au moins une douzaine de projectiles : la flèche s’écroula d’une seule et même pièce, les voûtes furent crevées par les obus, les cloches s’abattaient une à une, au fur et à mesure que brûlaient les poutrages, les orgues et les vitraux furent anéantis par le feu.

Au sortir de la guerre et l’église reconstruite, un monument aux morts a par la suite été érigé à l’extérieur à côté de l’église.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

L'Eglise Saint-Nicolas de Charmes.

3 Comments on L’Eglise Saint-Nicolas de Charmes

  1. Sympa d’avoir prit en compte ma demande mais j’imagine que vous aviez déjà programmé cet article de vous-même 🙂

  2. C’est vrai que Charmes a beaucoup changé après les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale, les rues ont été reconstruites à « l’américaine » avec une grande largeur et une mairie surdimensionnée pour la taille urbaine de la ville.

    Le pont ainsi que le clocher ont été façonnés dans le béton alors qu’il étaient en pierre auparavant… néanmoins, c’est un axe important entre Nancy et Epinal et nul doute que la ville de Charmes gagne a être connue malgré les conflits.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :